Home / Le Festival / 2016 / Le jury

Le jury

Jury du Festival International du Film des Droits de l’Homme de Guadeloupe (Programme 2016)

Louis-georges-tin_festival_droits_homme_guadeloupe

President du jury et parrain du festival

Né en Martinique, ancien élève de l’Ecole  normale supérieure, docteur ès lettres, Louis-Georges Tin est écrivain et professeur de littérature française à l’université d’Orléans. En 2005, il a lancé la Journée mondiale contre l’homophobie, aujourd’hui célébrée dans plus de 130 pays à travers le monde. La même année, il a lancé le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires), dont il est aujourd’hui le président. Il a publié de nombreux ouvrages sur les droits humains, le dernier étant Esclavage et Réparations. Comment faire face aux crimes de l’Histoire (Stock). Il a été chroniqueur au Monde des livres. Son engagement en faveur des droits humains a été couronné par de nombreux prix internationaux (Paris, Berlin, Stockholm, Minsk, Moscou, etc.)


giselle_pineau_festival_droits_homme_guadeloupeMembre du jury

Gisèle Pineau est née à Paris en 1956 de parents guadeloupéens. Elle vit en France jusqu’en 1970, période où elle connaît le racisme et des problèmes d’identité. Elle est très attachée à sa grand-mère Man Ya, qui lui raconte le pays Guadeloupe. Son père, militaire de carrière, est muté en Martinique en 1970. Gisèle Pineau poursuit ses études d’abord en Martinique puis en Guadeloupe où elle passe son bac de lettres. Elle retourne ensuite à Paris et commence des études de lettres à l’université de Nanterre. Deux ans après, elle abandonne ses études pour des raisons financières. Elle obtient un diplôme d’infirmière en santé mentale par la suite. Gisèle Pineau dit fréquemment qu’elle a commencé à écrire à l’âge de sept ans et qu’elle n’a jamais cessé depuis.

Gisèle Pineau est traduite dans le monde entier a été maintes fois récompensée de prix littéraires pour ses nombreux écrits.


dimitry_jury_festival_droits_homme_guadeloupeMembre du jury


A la fin de ses études d’Histoire et de Cinéma à Toulouse, Dimitry S. Zandronis revient en Guadeloupe en 2001. Deux ans après, il crée une  structure de production Kontras’Prod et commence à produire des courts-métrages de fiction et des documentaires.

En 2011, il réalise un documentaire sur Maryse Condé, écrivaine célèbre. Son écriture filmique répond à une volonté artistique d’utiliser tous les outils à sa disposition qui peuvent servir son discours narratif. Il travaille un style qu’il décrit comme étant une poésie documentaire. Les images et les sons ne sont pas des prétextes à illustrer un discours, mais prennent une part importante de la narration. Il s’agit de mêler au documentaire une certaine magie qui sert la matière des thématiques. Après avoir œuvré dans le milieu Gwoka, signant une série de dix documentaires « Ka Palé », il finit la série par une immersion au sein du milieu tambourinaire de la Guyane avec un film de 52 minutes intitulé « Couleurs Amazone ». Aujourd’hui, il forme des jeunes en chantier d’insertion qui visent un titre de niveau III (Bac +2) en audiovisuel et en webmarketing, sous l’égide de l’association « Tout est Possible » dirigé par le chanteur Daly.

En parallèle, il continue son travail de réalisateur et développe d’autres projets cinématographiques.


Programme du Festival International du Film des Droits de l’Homme de Guadeloupe 2016

Top